Archives de catégorie : Blog-Notes

BILLET D’HUMEUR / ACTE 120 / CAFE LITTERAIRE SOUS LE SIGNE DES OISEAUX OU LORSQUE SAINT-FRANCOIS D’ASSISE NOUS ENVOIE SA DIVINE GRACE…

Photo de Patricia Chabas

Sixième saison de nos café littéraires en mode littéro-rencontre et coups de cœur livresques en ivresse de mots, sous le sigillé d’un copieux et roboratif petit (enfin, pas tant que ça !) déjeuner…Partage de nos lectures en mode amicale, sourires et échanges fraternels avec de nombreuses digressions à bâtons rompus. Un agréable et régulier pensum qui se déroule toutes les quatre à six semaines, histoire de ne pas perdre la saveur de nos échanges et la jubilation de se revoir. 

Et l’autre jour, nous étions à Souffel chez Brigitte et Rémi, attablés pour les joies de la panse mais aussi pour celles de l’esprit (la « pense ») et de l’intellect ! Lorsque soudain, une bergeronnette, haute en couleur, se mit à faire ses ablutions en mode salle de bain devant nous (nos amis ayant installé une somptueuse fontaine/cascade sur leur terrasse !). Sans pudeur, elle fit sa toilette sous nos yeux éblouis, et comme toute personne prenant sa douche, elle émit même quelques vocalises en forme de trilles. A bon entendeur, bon siffleur !

Mais, nous n’étions pas au bout de notre surprise, lorsque un couple de pigeons ramiers vint, tels des habitués des lieux, s’engouffrer gaillardement dans l’allée en direction de la « salle de bain » ! Brigitte, à l’instar de Saint-François d’Assise leur demanda gentiment de passer par le jardin afin de ne pas déranger nos débarbouillages littéraires ! Et voilà t’y pas que nos deux amis rebroussèrent chemin et passèrent par le potager…

Nous étions, par la grâce et la magie de notre amie, en plein « Sermon aux oiseaux » de Francesco d’Assisi ou autrement dit Giovanni di Pietro Bernardone…

Emerveillement de cette humanité où l’on parle aux tous petits. L’homme d’Assise qui disait : De toutes les créatures de Dieu, c’est vous qui avez meilleure grâce ; il vous a dévolu pour champ l’espace et sa simplicité ; 
Vous n’avez ni à semer, ni à moissonner ; il vous donne le vivre et le couvert sans que vous ayez à vous en inquiéter. » 

Ce fut donc un café littéraire rempli de grâce, de plénitude et de félicité. Les oiseaux, gens de plume par excellence, s’invitèrent à nos débats avec leurs ébats (aquatiques).

Le monde n’est décidément jamais aussi beau que lorsqu’il nous enchante !

L’espace d’un café littéraire magique entre amis…

                                                           Copyright : Laurent BAYART

                                                                                29 juillet 2020

BILLET D’HUMEUR / ACTE 119 / VAL D’AJOL S’INVITE DANS MON JARDIN…

          J’ai rêvé d’entendre couler la Combeauté, et ses méandres sauvageons, au fin fond de mon jardin sis en Alsace. Son bruissement, son gargouillis et ses algues sont tels des cheveux et autres crinières qui filent au vent du courant. Quelques truites vagabondes jouent les andouilles à nageoires et à branchies lardées. Illusion acoustique en mode ajolaise. J’écoute le carillon de la belle église de Notre Dame, faire des vocalises au son de l’épinette avec ses cloches, coiffées de leur chapeau breton octogonal. Plénitude de l’instant. Bonheur de l’éphémère qui égrène son goutte à goutte dans la conque d’une vielle fontaine de pierre moussue. Dieu doit être natif de ce coin des Vosges Méridionales. Sinon, je ne m’explique pas ce miracle…

Le Val d’Ajol vient me titiller au cœur de mon jardin. Au loin, j’aperçois la Feuillée Dorothée à la place de la butte de la voie ferrée et des lamentos des trains et wagonnets qui filent à toute berzingue.

Pire, je vois le tortillard d’une vache traverser l’allée de mon jardin potager, devant le regard médusé des chats et autres mésanges de passage. Mes courgettes et mes haricots n’en croient pas leurs mirettes végétales…

Diantre, que fait donc ici, cette reine des prés et autres ballerines des champs ? Meuh, je n’y crois pas… Mes voisins, dans le lotissement, regardent ce tableau bucolique et champêtre, médusés, voire interloqués.

Le Val d’Ajol s’invite chez moi. 

Cinq mois sans  s’être allé là-bas, et voici le résultat ! 

Les voyages viennent d’eux-mêmes, faire un pied de nez à votre paillasson où il est imprimé, à hauteur de semelles : Bienvenue dans les Vosges !

                                                           Copyright : Laurent BAYART

                                                                       20 juillet 2020

Photo avec la complicité graphique de Tyfaine et Valentine Guillo.

BILLET D’HUMEUR / ACTE 118 / ENFIN, UNE VICTOIRE FRANCAISE AUJOURD’HUI SUR LE TOUR ?

          Ce Tour de France est décidément passionnant par cette dramaturgie inédite cette année, depuis fin juin (le 27 ! très exactement), la Grande Boucle s’est lancée de Nice, sur les invisibles pistes goudronnées de notre bel hexagone,   devant un public tellement bien masqué que l’on ne l’aperçoit même plus ! La caravane est muette avec son saucisson emblématique Cochonou et autres réclames à roulettes Skoda, Haribo et consorts. Un petit chenillard plein de couleurs et de musique. Ah, il ne nous manque plus que notre Yvette Horner nationale ! Les paysages, vus d’hélicoptère, sont littéralement époustouflants. Jean-Paul Olivier, dit Paulo la Science, sorti de sa retraite, y va de ses descriptions enflammées et autres panégyriques. Que Notre Douce France est belle en vue aérienne ! 

Et aujourd’hui, fête nationale oblige, un coureur français va-t-il remporter l’étape, comme le veut cette petite tradition tricolordesque. Peut-être, notre puncheur Julian Alaphilippe ou le sympathique mais poissard Thibaut Pinot ? Synonyme de cocorico ! Car, pour l’instant, nous nous sommes bien ennuyés, aucune attaque et un peloton bien compact. Pas d’échappée belle,  tout est sous contrôle, mais où sont donc passés les baroudeurs de jadis et les forçats de la route ? 

Allez, j’allume la télévision afin de déguster le pétillant d’une victoire française aujourd’hui et…patati patatras…Pas de trace de Tour de France sur les lucarnes magiques ! Noël en juillet,comme l’écrivait Louis Nucéra, n’habite pas les écrans. Zut, j’avais oublié que cette année, la Grande Boucle aura lieu du 29 août au 20 septembre pour cause de pandémie ! Oups. Un Tour de chauffe exceptionnellement automnal. J’avais totalement zappé !

Ma bière et mes chips en lisière du canapé sonnent comme des fausses notes en musique militaire. Tiens-voilà du boudin, c’est la légion étrangère sur les caméras de contrôle, en sprint – version ralentie- sur la ligne d’arrivée.

Le peloton est international et multicolore, plus que jamais, cette saison ! 

Et, parmi les camionnettes et autres chars de la caravane, celui tout blanc, ambulance (mais pas voiture balai) et caducée, du personnel hospitalier, avec en figure de proue une caricature de coronavirus en maillot jaune qui emporte les huées et les sifflets du public…

Sûr, que cette édition 2020 restera dans la légende du Tour ! 

Le thermomètre ayant pris la place du chronomètre…

                                                           Copyright : Laurent BAYART

                                                                       14 juillet 2020

BILLET D’HUMEUR / ACTE 117 / LA GRANDE VACANCE…

          Cela fait quelques jours que quelques étourneaux et pies n’arrêtent plus de piailler devant sa fenêtre, escortés par une kyrielle de mésanges et de papillons efflorescents, suivis d’une cohorte de limaces et d’un escadron de gastéropodes….Que se passe-t-il donc ? Stupeur et tremblement, le jardiniste-potageur n’a plus mis les pieds (ou plutôt ses bottes !) dans le carré enchanté de son jardin depuis quelques jours ! Que lui arrive-t-il ?

Chaque acteur de cette principauté verte, bien aérée, se demande ce qu’il est advenu de son seigneur ? Sa fourche-bêche abandonnée témoigne de son absence.

Est-il parti en vacances ? Pris la poudre d’escampette ? A t-il laissé en plant ses sauvageonnes courgettes, ses haricots qui caracolent, ses salades ouvertes comme des oreilles en feuilles de choux, ses tomates en symphonie de rougeurs juvéniles, ses aubergines et autres betteraves qui rêvent de futures agapes en goguettes de gourmandise à l’étouffée dans une casserole ?

Ahurissement dans le jardin. La bêche a laissé la place à une canne et à des béquilles ! Ouille ! s’exclame une tourterelle de passage.

Les petites vies de son jardin pleurent des larmes de crocodile : leur maestro a le dos en compotesemble chuchoter quelques fleurs du pommier butinées par des abeilles virevoltantes. Assis sur le banc, le convalescent prend son mal…en patience.

Un aéropage de colombes s’est transformé en infirmières volantes qui viennent lui apporter quelque réconfort et tenter de panser son immense tristesse de ne pas pouvoir travailler à leur côté. Son échine est comme une branche cassée. L’arbre tutélaire est à l’arrêt.

Un invisible bucheron l’a terrassé. 

La fourche-bêche a un lumbago…

                                                                                10 juillet 2020

                                                           Copyright : Laurent BAYART

LIVRE / LE PHENOMENE RUPI KAUR OU LA POESIE AU SERVICE DU PLUS GRAND NOMBRE.

         Je ne connaissais pas cette poétesse indienne, vivant aujourd’hui au Canada, et remercie Brigitte T. de m’avoir offert son dernier livre intitulé « Le soleil et ses fleurs ». Une révélation ! Tout de suite, en feuilletant ce petit opus, bien consistant, agréablement présenté et illustré par de superbes dessins l’auteur(e), je me suis laissé littéralement séduire par cette écriture simple et épurée, qui parle à notre cœur, et encore mieux à notre âme ! La profondeur de son regard m’a halluciné. 

En lisant rapidement sa bio, je découvre que cette écrivaine, née en 1992, artiste et performeuse, s’est lancée lors d’une scène ouverte à l’âge de 17 ans. Un phénomène qui publie ensuite à compte d’auteur (s’il vous plaît !) son premier recueil au tirage monumental de 3 millions d’exemplaires et traduit en 35 langues ! Elle sera classée pendant plus de 100 semaines dans les meilleures ventes du New York Times. Ce sont les éditeurs potentiels qui peuvent se mordre les feuillets ou plutôt les doigts de ne pas l’avoir dans leur « écurie », du moins pour son premier volume ! Et rebelote pour ce livret que je tiens dans les mains, même tirage. Oups. Elle a été aussi sélectionnée parmi les 100 femmes les plus influentes dans le monde. N’en jetez plus, nous avons affaire à une (jeune) femme exceptionnelle qui gazouille de talent ! 

Même si Rupi Kaur s’est faite connaître aussi sur les réseaux sociaux, l’espace d’un livre reste le lieu privilégié pour faire s’épanouir la culture du mot et du verbe. Son écriture limpide nous parle, avec justesse et simplicité : ce n’est pas ce que nous avons laissé derrière/ qui me brise/ c’est ce que nous aurions pu construire/ si nous étions restés.

Cet ouvrage, comme il nous est spécifié, se veut être un recueil de poèmes sur le deuil, l’abandon de soi, l’importance d’honorer ses racines, l’amour, la volonté de s’aguerrir et de s’émanciper…

On nous précise aussi que toute son œuvre est écrite en caractères minuscules, et la seule ponctuation utilisée est le point. Elle déclare avoir décidé d’écrire de cette manière afin de rendre hommage à sa culture d’origine puisque, dans les textes écrits en gurmukhi, il n’y a pas de majuscule.

Je reviens encore aux textes avec cette miniature piochée au hasard: la dépression est une ombre qui vit à l’intérieur de moi. Et plus loin : à quoi bon l’obéissance alors/ quand il y avait des mains en moi/ qui n’étaient pas les miennes. Cette jeune femme, d’un lucidité déconcertante, rajoute : J’ai même essayé de m’enterrer vivante/ mais la terre a eu un mouvement de recul / tu t’es déjà décomposée dit-elle/ il ne me reste plus rien à faire.

C’est abasourdi que je referme ce livre si dense et fécond, avec cette croustille de citation qui vaut un résumé : à ma naissance/ ma mère a dit/ il y a dieu en toi / sens-tu sa danse.

Moi, je la sens comme une intense jubilation dans cet ouvrage remarquable.

                                                      Copyright : Laurent BAYART

Le soleil et ses fleurs, the sun and her flowers, de Rupi Kaur, Nil éditions, février 2020.

REVUE / SPORT & VIE / UN NUMERO COLLECTOR EN GUISE D’ANNIVERSAIRE.

          La très belle et intéressante revue Sport & Vie fête son trentième anniversaire, en publiant ces jours-ci un somptueux numéro Collector, hors-série qui retrace quelques événements  « phare » et republie un choix d’articles emblématiques qui suscitèrent débats et interrogations à leur parution. Trente ans plus tard, la distance permet de se rendre compte que les auteurs furent, soit des précurseurs éclairés, soit des journalistes-limiers, pythonisses s’étant complètement « plantées » dans leurs prévisions. Passionnant !

Il y est question (encore et toujours !) de dopage, le plus vieux péché du monde, de fausses femmes (eh oui !), des lombalgies, du football increvable (comme le ballon !), du lait et de ses vertus, de graisses pour les marathoniens et de cette fameuse barre des deux heures sous laquelle il fallait tomber…Re-passionnant !

En matière de dopage, il est rappelé que le prince de Mérode, directeur de la commission médicale du comité international olympique (CIO) (de 1967 à 2002) avait commis la bourde monumentale de faire entrer à la commission Francesco Conconi. Ce docteur Mabuse fut ainsi rémunéré pour mettre au point un test de dépistage contre l’EPO. Problème : il en prescrivait en sous-main à des dizaines de sportifs de son entourage…Plus loin, on nous parle du nombril de la coureuse Clémence Calvin dont un lecteur (avisé) avait repéré quelques nodosités suspectes à cet endroit, traces d’injections d’hormones…Hallucinant aussi ce chapitre consacré à ces fausses femmes où l’on apprend que depuis 1968, toutes les concurrentes sont contrôlées et passent un test, recevant ensuite « un certificat de féminité » (qui leur servira durant toute leur carrière). Ce système prévaut encore de nos jours ! Et puis, parlant de lombalgies, on nous affirme : sur les radiographies, on voit ainsi des disques être en bien meilleur état chez certains piliers de rugby ayant poussé en mêlée durant des années que chez des cadres d’entreprise qui restent assis toute la journée. Bref, il n’y a rien de pire que de rester sédentaire ! 

Cet exemplaire Collector se lit, ou plutôt se dévore comme du petit lait, même si dans ce numéro, on conclut (contrairement aux idées reçues) que le lait n’est absolument pas indispensable à la santé…Dont acte, mais pour un anniversaire, on peut bien faire une exception, sous forme lactée…

                                                                                 Laurent BAYART

Sport & Vie, hors-série n°52, spécial 30 ans.                                       

BILLET D’HUMEUR / ACTE 116 / GESTES BARRIERES, SAVONNADES ET AUTRES MASQUES VU (OU PLUTOT ENTENDU) DE MON JARDIN !

          Résidant en face de la gare, le jardiniste potageur n’arrête plus d’être admonesté par les annonces vocales qui ne cessent de rappeler – à tout un chacun – qu’il convient de porter le masque ad hoc avant et après être entré dans le train, d’appliquer les « gestes barrières » ainsi que de se laver les mains régulièrement ! Oups. Ce leitmotiv se trouve en mode répétition/bourrage de crâne à l’adresse…surtout des habitants du quartier et des maisons qui longent la voie ferrée, je dirais – un zest sarcastique et ironique – « la voix ferrée ! » !

Antienne répétitive à haute dose et gros volume sonore qui s’adresse souvent à des quais quasi désertés, à des trains qui filent en tégévisant à toute vitesse ou à des tortillards de marchandise, bourrés de conteneurs, jouant les gastéropodes en mode lenteur, se déroulant comme de langoureuses et interminables chenilles…

Bref, ces annonces cassent les oreilles des riverains et du jardinier qui, en bêchant, se doit de se savonner les paluches régulièrement, d’appliquer la distanciation sociale (vis à vis des quelques oiseaux et lombrics que je côtoie dans mon périmètre vert) et d’être affublé d’un masque sous peine de…récolter une amende ou une prune ! Tout manquement vous exposerait à des sanctions…

Dont acte. Zut, faudrait même que je puisse être en possession de mon portefeuille, enfoncé dans la poche de mon pantalon de jardinier ! Dès fois qu’un contrôleur zélé, en sabot ou en botte, ne vienne me titiller et me coller une contravention sur mon râteau, tel un post-it.

Pendant, ce temps-là, la voix charmante de la dame du panneau électronique recommence sa nième litanie.

Moi, sympa et empathique, je lui propose un petit café, histoire de la détendre. Nenni que tout cela, Monsieur, me répond-elle de sa voix électronique : – Vous ne portez pas de masque et n’appliquez pas les gestes barrière ! Voilà, une belle manière de me…rembarrer.

Pantois et dubitatif, je me suis contenté d’un haussement d’épaules, poursuivant mes travaux de compostage (eh oui, même sans billet !), en prenant bien garde ne pas tomber dans le panneau et sur la voix (ferrée) ! 

                                                           Copyright : Laurent BAYART

                                                                                6 juillet 2020

BILLET D’HUMEUR / ACTE 115 / COMPLICITE SUR UN BANC REPOSOIR EN VERSION GARE.

Camille, petite princesse des rails

          Complicité de l’instant que l’on croque lentement comme une gourmandise de noisette. Attendre et prendre son temps demeurent tout un art. Avec vous, les petits-enfants, et toi Camille, nous apprenons patiemment l’attente sur ce quai de gare où les voies semblent être des partitions qui égrènent leurs notes glissantes sur les rails. Ecriture des trains qui nous enchantent de la grammaire des voyages et de l’alphabet d’une ligne droite qui s’en va, là-bas, vers l’infini d’un butoir, au bout de l’horizon pour émerveiller les yeux des bourlingueurs sédentaires.

Sur notre banc-reposoir du quai, les annonces martèlent les destinations et les arrivées. Grand brassage des mondes de la transhumance horizontale. Parfois, un train de marchandise balade langoureusement ses conteneurs venus d’Asie, et se déroule comme une interminable chenille ou les soufflets d’un accordéon sur des centaines de mètres…Et puis soudain, sans coup férir, une étoile filante de TGV fuse et passe, dans un grand brouhaha, tel un mur du son qui aurait fait exploser quelques feuilles mortes, faisant danser en bossa-nova endiablée la chevelure de Camille, princesse des voies ferrées. O jolie sauterelle effarouchée ! Et puis, le piano d’un train régional, avec ses voyageurs désormais masqués, qui déroule son arpège et joue les tortillards devant nous. 

Dans ce siècle de la vitesse de l’instantanéité et de l’Internet, la lenteur est une prière que l’on fait en courant…

Voyages immobiles, petite Camille si attentive, si avide de nos futiles mais si essentiels vagabondages dans le bonheur de l’instant. Comme si l’éternité avait décidé de mettre un peu de rouille dans les rouages de la grande horloge.

Nous vivons l’ivresse de composter le temps en connivence partagée. 

                                                           Copyright : Laurent BAYART 

                                                                       4 juillet 2020

BILLET D’HUMEUR / ACTE 114 / LES LIVRES QUI TOURNENT A L’INFINI DANS LA BIBLIOTHEQUE DU COSMOS…

photo prise à l’abbaye d’Hérival, Le Val d’Ajol.

Comme un cyclone alphabétique, Hurricane syntaxique dans ma tête, les mots tournent tournent sans cesse, m’offrant chaque jour une échappée belle dans l’imaginaire de l’instant. J’aime cette folle profusion qui me fait parsemer d’étoiles noires les pages qui s’offrent à moi. J’écris depuis tant d’années, volubile, comme d’autres besognent le limon de la terre pour en faire naître fruits et légumes. Les feuilles/humus se métamorphosent en compost qui deviennent livres qui tourbillonnent dans ma bibliothèque.

Je me retrouve dans l’écriture tel un rendez-vous qui me rapproche sans cesse de ma naissance. Spirale créatrice me réconciliant avec l’univers et sa genèse. Façon de voie lactée dans laquelle, quelques planètes tournent autour d’un grand soleil, noyau du créateur. Dieu est peut-être une voyelle et une consonne au centre de ce Tout où chacun se retrouvera ? L’embryon se reforme dans la matrice originelle. L’être humain s’effaçant lentement…

Pour ma part, je ne sais toujours pas ce qui se cache derrière ce mystère. Celui qui me fait écrire, jour après jour, et depuis tant d’années.

La mort, c’est peut-être un livre qui ne se refermera jamais et dont la narration fait des pirouettes avec ses personnages. 

Le temps n’existe plus. C’est déjà l’éternité avant le point final.

                                                      Copyright : Laurent BAYART

                                                                      28 juin 2020

                        Photo prise à l’abbaye d’Hérival, Le Val d’Ajol.

BILLET D’HUMEUR / ACTE 113 /NOS OREILLES N’ENTENDENT PLUS LE MELODIEUX CHANT DU MONDE…

         Nous sommes devenus sourds à ne plus entendre psalmodier la romance des oiseaux qui nous implorent de respecter leur terrain de jeu : la nature que nous côtoyons avec nos frères à quatre pattes ou à élytres, du domaine de l’insignifiant et du tout petit. Le respect de la vie si cher à Albert Schweitzer et la grâce de l’instant qui ont fait de nous des êtres majuscules. Debout sur le fil tendu de l’horizon à scruter le ciel.

Liturgie de la dévastation qui martèle notre enclume de son marteau-piqueur assourdissant. O nos tympans épuisés par cette discordante cacophonie ! Des forêts amazoniennes en luxuriance verte qui nous échappent, un peu plus, à chaque seconde. Le bruit des bulldozers atrophie la coquille/choux fleur de nos oreilles. Nous ne percevons plus la détresse de ceux que nous croisons. Les voyants sont devenus rouges et clignotent. Ils flambent dans leur réceptacle en plastique. Marque-pages lumineux qui nous guident dans l’errance des cahiers perdus et des bibliothèques incendiées. Sens dessus sens dessous, en immense tohu-bohu, il est grand temps de retrouver le goût de l’essentiel et de l’absolu. Et de cette quête du divin qui constituait l’essence même de nos existences. Ecouter le chuchotement et le bruissement des feuilles des arbres qui nous exhortent à la sagesse. 

Mais, nous sommes devenus sourds, les paroles et les mots ne nous touchent plus. Les sons arrivent sans les ondes qui les accompagnaient, les images sont devenues aveugles, nos caresses sont rendues atones. 

Dans les décharges publiques et autres déchetteries, rebuts des mondes éteints, traînent des enceintes acoustiques qui ont perdu leur son.

L’ouïe a pris la poudre d’escampette et il ne s’agit pas là, du simple prénom d’une personne.

Comment désormais écouter ce que nous ne sommes déjà plus capable d’entendre ?

                                                           Copyright : Laurent BAYART

                                                                                24 juin 202-